EO'mag  >    Rennes : laboratoire d'innovations  >  Une agglomération archipel

  • Imprimer
  • Envoyer la page
  • Favoris
  • Share

Rennes : laboratoire d'innovations février 2013

Une agglomération archipel


Interview croisée Guy Jouhier / Frédéric Mazeaud

A Rennes, Keolis s’est vu confier une nouvelle fois la délégation de service public pour cinq ans. Plus qu’un signe de confiance, cette victoire souligne la qualité du réseau proposé par Keolis en étroite collaboration avec Rennes Métropole. A l’occasion de ce renouvellement, Guy Jouhier, vice-président de Rennes Métropole et Frédéric Mazeaud, directeur de Keolis Rennes, reviennent sur les spécificités du réseau et les points forts de l’offre.


Vous connaissez tout deux très bien les spécificités du territoire rennais et les particularités du réseau de transport public. Pouvez-vous nous en dire quelques mots ?

Frédéric Mazeaud : En termes de superficie, l’agglomération rennaise possède une couverture équivalente à celles de  Lyon ou Lille mais sa population est trois fois moindre. Du point de vue de l’exploitant, c’est un challenge car il faut penser le réseau en tenant compte de ce double aspect : à la fois un noyau urbain concentré entouré d’une ceinture verte et une zone rurale étendue composée de communes de taille modeste (seule 4 sur les 38 font plus de 10.000 habitants) . C’est ce qu’on appelle une « ville archipel ». La particularité du réseau ici est son étendue: on ne peut pas penser le centre indépendamment du périurbain. Nous devons envisager les migrations pendulaires quotidiennes des populations vivant dans les communes alentour et qui travaillent à Rennes, ou vice-versa, sans oublier les besoins des étudiants, qui sont nombreux dans l’agglomération.

Guy Jouhier : Keolis est l’exploitant historique du réseau de transport de l’agglomération de Rennes. Depuis 1995, le Groupe s’occupe du STAR, notre réseau de transports. Ce qui fait sa singularité, c’est la complémentarité réussie entre les lignes de bus et le métro. Aujourd’hui, alors que l’offre s’est diversifiée, la fréquentation des bus a augmenté. Ce qui prouve bien que le métro a conquis lui-même sa propre clientèle. Autre spécificité du réseau : son exigence de qualité, qui répond à 100% à la particularité de notre « ville archipel ». En effet, nous sommes  parvenus à couvrir la totalité du territoire de Rennes Métropole sans mettre de côté le périurbain, point capital du développement durable de l’agglomération. Il fallait absolument éviter de créer un réseau à deux vitesses et les propositions de Keolis sont toujours allées dans ce sens.

Quels sont les points forts de l’offre ?

Frédéric Mazeaud : L’agglomération rennaise connaît une forte vitalité, notamment grâce au développement des nouvelles technologies. Pour répondre à son enjeu d’attractivité, notre offre s’appuie sur trois points principaux : un souci de conquête commerciale et de fidélisation de la clientèle, une contribution financière maîtrisée, la meilleure accessibilité et lisibilité, dont le regroupement des réseaux STAR et HandiSTARfrir. Sans oublier un accompagnement intensif de Rennes Métropole dans son projet de deuxième ligne de métro.
Côté bus, notre offre s’appuie sur la valorisation de l’existant avec un renforcement sur les zones commerciales et d’emploi ; certaines lignes vont être identifiées « Cristal » :  elles sont rapides grâce aux aménagements de voiries et aux priorités aux feux,  elles ont un habillage  moderne et une fréquence soutenue assurée. Nous avons aussi proposé de créer un système de location de vélo à longue durée dès le printemps 2013, qui, ajouté au système de vélos en libre service que nous gérons déjà, renforcera la pratique du vélo en ville.

Enfin, pour les noctambules, les horaires des lignes du soir existantes seront prolongés jusqu’à 1h35 en fin de semaine et une seconde ligne STAR de Nuit - qui prend le relais jusqu’àla reprise du métro – va être mise en place.
Pour conclure, si Keolis a remporté une fois de plus l’exploitation du réseau de transports publics rennais c’est grâce à notre volonté de tirer le réseau vers le haut. Plus que de l’agrandir, nous avons opté pour l’amélioration du réseau existant.

Quels sont les grands enjeux à venir pour la ville et sa desserte ?

Guy Jouhier : Le réseau existant et toutes les modifications qui vont y être apportées d’ici 2017 en font un réseau performant pour les habitants. La vraie problématique qu’il reste à définir concerne ce qu’on appelle les « pénétrantes », c’est-à-dire tous les axes routiers de gestion départementale venant vers Rennes. Avec le nouveau plan de délégation de service public, le réseau sera de plus en plus performant et attractif pour les entrants, à condition de le décongestionner sur ces axers routiers et en développant encore mieux le réseau ferroviaire. L’avenir repose sur la capacité que l’on aura à gérer les flux pendulaires en décourageant un maximum de prendre la voiture pour se rendre dans le centre. Or cela ne sera possible qu’en offrant un réseau de transports complémentaire et infaillible.

Crédit photo Guy Jouhier : ©Mairie d’Acigné

Pour aller plus loin ...

Sur Keolis.com