Keolis lance le premier téléphérique urbain de France, à Brest

19-11-2016. Brest Métropole et le Groupe Keolis lancent, ce samedi 19 novembre 2016, un nouveau mode de transport urbain : le téléphérique. Pour la première fois en France, le téléphérique sera utilisé en ville comme un véritable moyen de transport collectif et non plus comme une attraction touristique. Ce téléphérique est intégré au réseau de transport en commun Bibus, exploité par Keolis Brest pour le compte de la métropole de Brest, et dessert le nouveau quartier des Capucins. Fort de ce nouveau savoir-faire, Keolis renforce sa position de leader de la multimodalité et entend accompagner le développement de ce nouveau mode dans d’autres villes de France.

Le téléphérique comme moyen de transport urbain : une première en France

Intégré au réseau de transport en commun Bibus dont Keolis est l’opérateur historique, le téléphérique est un moyen pratique, écologique et peu coûteux pour répondre efficacement aux contraintes de la desserte du nouveau quartier des Capucins, liées au franchissement du fleuve de la Penfeld.

Ce téléphérique est le premier au monde à être conçu en « saut de mouton » : les cabines circulent l’une au-dessus de l’autre. Cette spécificité permet d’optimiser la capacité des quais et de construire des stations plus compactes.

Le système est automatique et géré à distance par les équipes Keolis depuis le Poste de Commande Centralisé (PCC), à 5km du site.

Ouvert 358 jours par an, le téléphérique effectue des rotations entre 7h30 et 19h00 du lundi au samedi et de 8h30 à 19h00 les dimanches ; il devrait rapidement proposer une liaison régulière de 7h30 à 00h30 tous les jours.

Un service intégré et adapté à l’usage urbain

Le téléphérique permettra d’accompagner la reconversion du quartier des Capucins dont l’accès reste difficile en tramway ou en bus. Il pourra fonctionner selon 4 modes : horaire, événementiel, sur validation (en cas de faible affluence, un départ déclenché dès validation du titre de transport) ou sur ordre (départ déclenché par un opérateur). Les voyageurs pourront désormais se rendre de la station Jean Moulin aux Ateliers du quartier des Capucins en 3 minutes seulement (contre 25 minutes auparavant).

Avec cette rapidité de service, la régularité des passages (toutes les 5 minutes environ) et la capacité des cabines (jusqu’à 60 personnes chacune), le téléphérique permettra de transporter environ 1 850 personnes par jour.

La mise en service du tramway en 2012 avait entraîné une hausse de fréquentation de près de 40%. Avec ce lancement, Keolis espère de nouveau susciter une croissance du trafic sur le réseau. Une fois le quartier des Capucins achevé, le téléphérique devrait transporter 675 000 passagers par an environ.

Le téléphérique : une inspiration pour la ville de demain

Keolis propose avec ce téléphérique une nouvelle façon sécurisée, pratique et écologique de se déplacer. Le téléphérique apparaît comme un moyen pertinent de relier ou même de désenclaver certaines zones urbaines. Sa mise en place contribue à faciliter la mobilité quotidienne des habitants tout en dopant l’attractivité de la ville de Brest.

Chez Keolis, nous sommes convaincus du potentiel qu’offre le téléphérique pour le transport urbain, notamment lorsqu’il s’agit de franchir des obstacles comme des rivières ou des grosses infrastructures routières ou ferroviaires. C’est une solution qui offre un très bon compromis au niveau des investissements et de la capacité. Beaucoup de collectivités s’intéressent à l’expérience de Brest et nous sommes très fiers d’avoir été choisis par Brest Métropole pour les accompagner dans cette première réalisation en France  d’un téléphérique urbain.
 

Frédéric Baverez, Directeur Exécutif Groupe - France

L’expérience de Brest est pour Keolis l’occasion de développer de nouvelles compétences pour promouvoir, ailleurs en France, le téléphérique comme véritable mode de transport collectif. Plusieurs villes se sont d’ailleurs intéressées au projet de Brest et, à horizon 2022, Orléans, Toulouse, Chambéry, Grenoble et Créteil devraient elles aussi avoir leur propre téléphérique urbain.