Première expérimentation et premier succès pour les navettes autonomes de Keolis au Royaume-Uni

Pour la première fois en Grande-Bretagne, Keolis a mené, à Londres, une expérimentation de transport de passagers en navettes autonomes électrique au sein d’un espace public. Pendant un mois, le grand public a pu essayer ce nouveau mode de déplacement écologique et sûr, qui séduit un nombre croissant de villes pour la réponse inédite qu’il offre à la problématique de la mobilité en milieu urbain.

Des navettes autonomes Keolis en test dans la capitale britannique

Après Lyon , Las Vegas, Montréal ou Paris La Défense, les navettes électriques autonomes de Keolis partent à la conquête de Londres. Durant tout le mois de septembre, les londoniens ont pu les essayer pour découvrir à leur tour une nouvelle expérience de mobilité, dans le cadre d’un partenariat entre Keolis Amey, la filiale anglaise du Groupe qui exploite le métro automatique londonien Docklands Light Railway et Queen Elizabeth Olympic Park (Mairie de Londres), Here East and Our Parklife, Engie et NAVYA. Une initiative en forme de première pour Keolis au Royaume-Uni. 
 

Essai transformé par les Londoniens

L’expérimentation s’est déroulée dans l’enceinte du parc olympique Queen Elizabeth, le complexe sportif construit à l’est de la capitale britannique pour les Jeux Olympiques d‘été de 2012 et devenu depuis un nouveau quartier emblématique du renouvellement urbain de Londres mêlant logements, espaces verts et équipements sportifs ou culturels. Les navettes d’une capacité de 15 passagers, qui effectuaient un trajet circulaire de 1 km desservant quatre stations en 12 minutes, ont remporté un succès immédiat auprès du grand public. Après deux premières semaines d’exploitation, on enregistrait déjà plus de 1 000 passagers.
 

De multiples technologies embarquées pour une mobilité en toute sécurité

Développées par NAVYA, constructeur partenaire de Keolis, les navettes testées  à Londres sont équipées de systèmes très performants de guidage et de détection qui utilisent simultanément plusieurs technologies : lidars (télédétection par laser), caméras stéréovision, GPSRTK (cinématique en temps réel), IMU (navigation inertielle) et odométrie. Grâce à leurs capteurs, les véhicules savent se positionner au centimètre près et distinguer sur la route tous types d’obstacles, fixes ou mobiles ainsi que la signalisation, de jour comme de nuit.
 

Une réponse inédite à la problématique du premier/dernier kilomètre en ville

Ce nouvel essai d’exploitation de navettes autonomes électriques sans conducteur au sein d’un espace public témoigne de l’intérêt croissant des villes et des Autorités Organisatrices de Mobilité (AOM) pour ce type de véhicules écologiques et silencieux. Offrant une réponse très performante à la problématique du premier/dernier kilomètre en milieu urbain, elles s’adaptent à des environnements variés (centre-ville piétonnier, routes étroites…) afin de compléter l’offre de transport public. Tout en maîtrisant les impacts sur les infrastructures, elles renforcent la satisfaction des voyageurs optimale à leur fréquence de passage, une amplitude horaire étendue et la desserte de zones isolées, ou non desservies par les autres modes de transport collectif.  Les navettes autonomes constituent également une solution idéale pour assurer le transport de voyageurs sur des sites propres étendus à l’image du parc olympique Queen Elizabeth qui envisage d’en déployer d’ici 2019, mais aussi des aéroports, des sites industriels, des parcs d’attractions, des complexes hôteliers ou des hôpitaux.
 

Le défi pour les villes de demain est de développer des réseaux de transport durables et intégrés au service des passagers. La technologie autonome est l'une des innovations que nous explorons pour aider à y parvenir et révolutionner les transports publics au Royaume-Uni.

 

Alistair Gordon, directeur général de Keolis UK

Diaporama - La navette autonome navya au Queen Elizabeth Olympic Park à Londres