L'innovation au service de la mobilité

Réflexions croisées de Éric Chareyron (Keolis) et de Bernard Cathelat (NetExplo)
Interview croisée d’Éric Chareyron, directeur de la prospective, des mobilités et des modes de vie chez Keolis et de Bernard Cathelat, sociologue et membre du réseau Netexplo.

Qu’est ce qui a rapproché Keolis et Netexplo autour du digital ?

E. Chareyron : « Ce qui a rapprochés les deux équipes, c’est une même conviction : en mettant les citoyens au cœur de nos préoccupations, on arrive à construire des solutions innovantes. L’autre idée est que la technologie digitale créée de la collaboration et transforme les citoyens en ambassadeurs pour aider les voyageurs, en particulier les gens de passage, à se déplacer. 
B. Cathelat : « Ce qui nous a réunis, c’est l’obsession du service rendu aux citoyens. Dans sa démarche, Keolis va bien au-delà de son métier de transporteur et épouse une vraie vision multimodale pour rendre service à ses passagers, mais aussi aux automobilistes ou aux piétons que nous sommes tous.  ».


Que peut apporter le digital en matière de mobilité ?

E. Chareyron : « Le digital apporte d’abord une capacité énorme d’exploitation de données, par exemple à partir de la billetterie, pour comprendre d’où viennent les passagers, à quelle fréquence et comment ils déplacent. Ensuite, ces technologies vont permettre de répondre aux besoins des citoyens dans toute leur diversité, qu’ils soient geeks ou bien qu’ils n’utilisent pas encore le digital.
B. Cathelat : « Ce qui est intéressant dans le digital, c’est l’usage que les citoyens vont en faire. Ce n’est pas la technique en elle-même qui est l’essentiel. C’est l’adaptation d’une technologie telle que le digital aux usagers, son ergonomie, sa facilité d’utilisation, le service final qu’elle peut rendre pour améliorer la vie quotidienne des citoyens. C’est l’exemple de Volvo qui a détourné l’appli Shazam pour diagnostiquer les pannes de moteur.

Précédent