Station de tramway Orchamps avec le Ginko
Besançon
Comment Keoscopie a optimisé le réseau Ginko

Avec Keoscopie, Keolis dispose d’un outil unique pour concevoir et améliorer son offre de transport et ainsi mieux répondre aux enjeux de chaque territoire. Illustration avec la refonte du réseau Ginko du Grand Besançon.

Keoscopie au service d'une meilleure expérience voyageurs

Depuis le début du contrat d’exploitation du réseau Ginko en janvier 2018, Keolis ne cesse de faire progresser les services de mobilité proposés aux acteurs et habitants du territoire bisontin. Un enjeu de taille, car Grand Besançon Métropole, c’est 190 000 habitants répartis dans 69 communes et un réseau de transports publics associant tramway, bus à haut niveau de service (BHNS), bus, car, vélo, transport à la demande, transport de personnes à mobilité réduite, covoiturage, parking relais et abri vélos sécurisé. « Lors de l’appel d’offres, nous avons proposé à Grand Besançon des améliorations du réseau qui s’appuyaient sur les enseignements de nos études Keoscopie, qui analysent l’impact des évolutions socio-démographiques des territoires sur la mobilité, explique Carol Ambrosini, directeur Marketing, Clients et Mobilités de Keolis Besançon. Nous nous sommes notamment concentrés sur deux axes : l’offre de transport et l’information voyageurs. »

Faire progresser le réseau

La création de lignes fortes de bus a été l’une des grandes évolutions du réseau Ginko. Appelées Lianes (Lignes à niveau élevé de service), ces lignes complètent la desserte assurée par les modes de transport lourds (le tramway à Besançon) pour permettre aux usagers de se déplacer facilement et à tous moments dans des zones génératrices de fort trafic (centres commerciaux, centre-ville ou hôpital par exemple). Fréquence importante, amplitude forte, circulation 7j/7, en soirée et pendant les vacances… ces Lianes sont des lignes sur lesquelles les clients peuvent toujours compter. « C’est ce que l’on appelle la permanence de l’attractivité de l’offre et c’est l’un des principes forts prônés par Keoscopie », souligne Carol Ambrosini.

Autre axe de travail prioritaire dans le cadre de cette refonte : améliorer la qualité de l’information voyageurs pour faciliter l’utilisation du réseau. Et c’est notamment l'accessibilité aux outils pour les personnes en situation de fragilité qui a été travaillée, un autre enseignement de Keoscopie. Keolis Besançon a ainsi lancé pour Ginko un nouveau site web, une application mobile et une boutique en ligne 100 % accessibles. Un travail d'envergure est également en cours sur les canaux d'information dynamique (Bornes d'Informations Voyageurs aux stations de tram et arrêts de bus, à bord des véhicules, etc.).

Casser les idées reçues

L’une des grandes vertus de Keoscopie, c’est d'aller à l'encontre des idées reçues. Les études menées sur le territoire ont ainsi permis à Keolis d’avoir un regard neuf sur les usages et modes de vie des Bisontins. « On a tendance à croire que l’heure de pointe concentre tous les déplacements quotidiens, alors qu’elle ne représente que 20 ou 30 % des trajets d’une journée, souligne Carol Ambrosini. De même, les trajets domicile-travail ne représentent que 20 % des flux quotidiens, d’où l’importance de maintenir un service tout au long de l’année pour satisfaire les autres motifs de déplacement. »

Autre idée reçue : les déplacements vers la métropole sont bien plus nombreux que ceux qui se dirigent vers les autres zones du territoire. À Besançon, la réalité est tout autre, puisque les études Keoscopie montrent un nombre équilibré de déplacements dans les deux sens. C’est pourquoi Keolis travaille avec ses partenaires sur l'intégration de toutes les mobilités, au-delà du périmètre du territoire dont il est responsable (intermodalité avec les trains et cars régionaux par exemple).

Partager pour aller plus loin

Depuis 2018, Keolis a organisé plusieurs réunions afin de partager les enseignements des études Keoscopie avec les élus, l’autorité organisatrice de mobilité et les collaborateurs de sa filiale Keolis Besançon Mobilités. Car c’est avant tout dans une approche collaborative avec la collectivité que Keolis s’inscrit. « Ces études sont très appréciées des élus et techniciens de Grand Besançon Métropole, précise Carol Ambrosini. Elles offrent une vision différente et unique des usages et attentes des voyageurs bisontins, permettent de prendre de la hauteur sur les sujets et d’avoir toutes les cartes en main pour faire les bons choix. Prenons le sujet de la gratuité du transport public par exemple : les études Keoscopie ont montré que la majorité des utilisateurs préférait une offre de transport plus fréquente et des tarifs au juste prix plutôt qu’un service gratuit ! »

Keolis touch

Porter la voix du client

Lancé il y a plus de 10 ans, Keoscopie est fondé sur l’observation des modes de vie et leur impact sur les usages en matière de mobilité pour imaginer la mobilité de demain aux côtés des collectivités locales. Nous construisons des enquêtes, à la fois qualitatives et quantitatives, qui constituent un outil unique d’aide à la décision et une source précieuse de connaissances pour guider les choix en matière de mobilité.

Ginko, c’est :

2 lignes de tramway, 

1 ligne de BHNS (Bus à Haut Niveau de Service)

18 lignes de bus dont 4 Lianes

27 millions de voyages annuels